0

Fin de vie à domicile : la Haute Autorité de santé facilite la prescription du midazolam

Par Eric Favereau — 10 février 2020 – Libération

Pas assez suffisant pour certains qui espèrent que la prochaine étape, pour rendre la loi pleinement applicable, sera que la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, autorise la délivrance de ce médicament en pharmacie de villes où les médecins ou la famille pourraient aller l’acheter. On craint déjà le pire…

L’autorité publique préconise, ce lundi, que les généralistes puissent prescrire ce médicament qui permet d’endormir le patient jusqu’au décès.

Mourir à domicile… C’est le souhait affiché par bon nombre de personnes, mais jusqu’à présent, le respecter pouvait rester délicat, chargé de difficultés, notamment pour le médecin généraliste d’avoir à sa disposition des médicaments qui soulagent et détendent. Mais ce lundi, la Haute Autorité de santé (HAS) publie de nouvelles recommandations sur la fin de vie à domicile et c’est un pas en avant réel qui est accompli. Au-delà de l’aspect technique, la HAS ouvre en effet la possibilité pour le médecin généraliste de prescrire du midazolam, ce produit basique, de la classe des benzodiazépines, qui est la référence aujourd’hui pour mettre en place ce que l’on appelle la sédation profonde et continue jusqu’au décès (SPCJD). Ce médicament peut endormir, profondément selon la dose, et couper ainsi peu à peu tout lien du patient avec le monde extérieur.

https://www.liberation.fr/france/2020/02/10/fin-de-vie-a-domicile-la-haute-autorite-de-sante-facilite-la-prescription-du-midazolam_1777780

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.