0

Griveaux, victime d’une délation banalisée

Par Ivan Rioufol le 17 février 2020 – Le Figaro

“Plutôt que de s’en prendre à des boucs émissaires (les réseaux sociaux, la Russie) la classe politique devrait s’interroger sur sa responsabilité dans ses promotions démagogiques de la délation, de l’exemplarité et de la transparence. Autant de mots qui lui reviennent en boomerang.” //YR

La macronie aux abois en appelle à la censure. Mais elle ferait mieux de s’alarmer de ses comportements désinvoltes. A écouter les ralliés à la majorité commenter l’affaire Griveaux, il faudrait mettre twitter sous surveillance, relancer la pénalisation des “fake news” et des propos considérés comme haineux, interdire l’anonymat sur les réseaux. Bref, le pouvoir se déchaîne pour tenter de limiter un peu plus la liberté d’expression, au lieu de s’interroger sur la crise de la démocratie qu’il a lui-même aggravée. N’est-ce pas Emmanuel Macron qui a promis une République exemplaire ? En l’occurrence, la divulgation d’une scène pornographique filmée par l’ex-candidat LREM à la mairie de Paris ne s’est pas faite anonymement. Ni twitter ni les “fakes news” n’ont à voir avec cette affaire de dénonciation.

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2020/02/griveaux-victime-dune-delation.html

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.